Psychoéducation

Un programme de psychoéducation pour adultes avec autisme sans déficience intellectuelle

L’annonce d’un diagnostic d’autisme à l’âge adulte peut être source de soulagement, surtout après une longue errance diagnostique, mais également une étape difficile qui peut impacter la qualité de vie de la personne concernée, en suscitant un questionnement identitaire ou générant du stress et de l’anxiété.

Aurélie Connan, éducatrice spécialisée au CRA Alsace (pôle adultes du Haut-Rhin), a mis en place un programme de psychoéducation afin d’accompagner les personnes dans la compréhension de leur diagnostic et de les aider à intégrer cette particularité.

Les principes sous-jacents à la psychoéducation

La psychoéducation fait partie des outils thérapeutiques qui ont le mieux démontré leur efficacité dans le cadre des thérapies basées sur les preuves.

C’est une approche liée aux Thérapies Cognitives et Comportementales.
La psychoéducation se situe à la croisée de trois domaines d’intervention :

  • L’éducation, qui consiste à partager de l’information et construire des connaissances ;
  • La psychologie, qui vise à apporter au sujet un soutien émotionnel ;
  • Le comportementalisme, qui permet de développer des stratégies de coping face à une situation-problème.[1]

 Le but de la psychoéducation est d’améliorer la qualité de vie des personnes en leur permettant de devenir des « experts » de leur handicap. Ainsi, elles peuvent respecter et faire respecter leurs besoins, et construire un projet de vie cohérent et épanouissant.

Objectifs du programme

Les personnes avec autisme sans déficience intellectuelle présentent des profils très hétérogènes. L’enjeu du programme est donc de proposer un accompagnement personnalisé adapté aux particularités et besoins du participant :

Cette démarche a pour but de :

  • fournir à la personne concernée une information personnalisée sur l’autisme, utile et compréhensible, scientifiquement valide et actualisée
  • permettre une meilleure appropriation et une compréhension accrue de son fonctionnement

La démarche est fondée sur une approche collaborative et proactive. Elle suppose une relation symétrique entre l’intervenant et le participant.

Tandis que l’intervenant partage ses connaissances théoriques et cliniques, le participant, co-thérapeute, apporte son expertise personnelle.

Déclinaison du programme

Ce projet se déroule sur 10 séances individuelles de 45 à 60 minutes.

La première séance est post diagnostique et introductive : elle permet de faire connaissance et d’établir une relation de confiance. Dans un premier temps,  le parcours diagnostique et le vécu émotionnel qui y est lié est abordé avec la personne. Dans un deuxième temps, la démarche et le contenu du programme sont présentés, puis des objectifs communs sont définis avec la personne.

Le programme étant basé sur la libre adhésion, il est nécessaire d’obtenir le consentement du participant pour s’engager dans le processus. Il lui est d’ailleurs possible de l’interrompre à tout moment.

Les 9 séances suivantes permettent une relecture des aspects généraux de l’autisme à travers l’expérience personnelle de la personne.

Le programme devrait permettre d’aborder divers aspects :

  • les aspects fonctionnels (compréhension de l’environnement)
  • les aspects émotionnels (croyances et aspirations)
  • les aspects identitaires (estime de soi)

Ce cheminement doit permettre au participant de distinguer, parmi ses nombreuses caractéristiques, ce qui relève ou non de l’autisme, cela afin d’améliorer significativement sa qualité de vie.

Une séance est dédiée à l’approfondissement d’une notion importante pour le participant, en fonction de ses besoins.
A la fin du programme, un bilan est réalisé avec la personne, avec la possibilité d’un follow-up[2] par mail ou téléphone.

Evaluation et diffusion

Le programme est en cours d’expérimentation. Des résultats  empiriques (observation et recueil des avis de certains participants) ont permis de mesurer ses effets bénéfiques.

Afin de mesurer de façon plus générale l’efficacité du programme, des évaluations scientifiquement valides seront proposées en début et fin de programme.

Un article décrivant de façon plus précise les modalités du programme a été publié :

Un programme de psychoéducation pour les adultes avec autisme sans déficience intellectuelle/Aurélie CONNAN, février 2019
in Journal de Thérapie Comportementale et Cognitive –Sous presse

 

Plus d’informations

Les équipes professionnelles souhaitant participer à l’évaluation de l’outil peuvent contacter Aurélie Connan par mail.

Les personnes avec TSA souhaitant bénéficier du programme peuvent contacter le pôle adultes 68 du CRA Alsace par mail.
Pour bénéficier de cet accompagnement, il est nécessaire d’avoir obtenu un diagnostic d’autisme sans déficience intellectuelle
(et non pas d’être en cours ou en attente de diagnostic).

 

[1]Deleu G., Lalonde P., Thérapie psychoéducative in psychiatrie clinique, une approche bio-psycho-sociale, Paris, Gaëtan Marin éditeur, 1999, p. 1342-62.

[2]Suivi post-intervention